Numéro spécial avec le soutien financier de la CE et de l’EZA Septembre 2010

Témoignages

Témoignage de Mr Pierangelo TURRI
Responsable du Service Emploi de la région Veneto (Italie)

travail de Vénétie, nous avons 80 employés dont 60
sont des femmes, en Italie les fonctionnaires sont svt
des femmes.
Nous nous occupons de politiques de l’emploi, de
lutte contre le chomage, de formation
professionnelle, …

Dans notre région il y a environ 4,9 millions
d’habitants, les femmes représentent plus de 52% de
la population. Nous avons observé une augmentation
de 10% de la population surtout due à l’immigration.
Avec un PIB de 148millions d’euros, c’est une région
bien « riche » en Europe.

Le taux d’emploi des femmes a augmenté en 10 ans,
les femmes représentent environ 40% des
travailleurs. Mais le problème de l’emploi féminin
reste très important. Avec un “gender gap” de 21%, le
taux d’emploi reste en-dessous de la moyenne
européenne et des objectifs de Lisbonne.
Certains secteurs sont beaucoup plus frappés par la
crise, comme l’industrie et la construction, avec pour
efet qu’entre 2008 et 2009 le taux d’emploi a plus
diminué chez les hommes que chez les femmes. Les
femmes n’ont donc pas été plus frappées par la crise
que les hommes en Vénétie.

Ces cinq dernières années, le nombre de femmes
actives a augmenté de 9% en Vénétie, et le taux de
femmes étrangères de 50%, le “gender gap” s’est donc
fort réduit. Les femmes ont trouvé encore plus de
travail, entre autre parce que le travail à temps
partiel, le travail flexible et le travail intérimaire ont
augmenté. Une femme sur trois travaille à temps
partiel, contre seulement 4% chez les hommes.

Nous avons institué un bureau du conseiller pour la
parité qui fonctionne depuis 2003 sur la mise en
oeuvre des lois en matière de parité.
Différents types d’intervention ont été mis en place.
Un des outils les plus importants du point de vue
financier, ce sont les ressources provenant d’une loi
nationale qui définit le temps et l’organisation de la
maternité par rapport au travail. Nous avons financé
124 projets d’entreprises pour favoriser les
formations continuelles.

Un autre type d’intervention concernce les “femmes
entrepreneurs”, principalement dans des économies
de PME. Il y a eu des aides mises en place au niveau
régional pour encourager ces initiatives de femmes
entrepreneurs, ainsi que des actions d’aide financière
pour des projets visant à l’amélioration du système
en général.
Le troisième type d’intervention est le plus important
pour nous parce qu’il constitue le modèle
d’intervention sur lequel on se base. On se propose
d’augmenter le taux d’emploi des femmes.
En Italie les programmes opérationnels sont
régionaux et recoivent l’aide du Fonds Social
Européen.

Seize projets ont été mis en place dans ce
programme. Les caractéristiques du modèle sont les
suivantes : pacte de services signé auprès des services
publics ou des agences privées, pacte suivi d’un plan
d’actions individuelles qui est fondé sur une « dot ».
Cette action a besoin de plusieurs partenaires tels que
les services pour l’emploi, les institutions locales, …

Nous avons par exemple mis en place, avec le Fonds
Social Européen, un projet particulier : l’ARCO pour
favoriser l’embauche des femmes dans les PME dans
le domaine du tourisme.

Témoignage de Mme Morag MC LINTOCK
Scottish Border (Grande-Bretagne), Secrétaire du Comité central de
l’égalité des chances à Londres

in the Community qui a pout directeur Peter
Southcombe.
Avec Hope in the Community, nous mettons sur pied
des projets de regénération de la communauté au
Royaume-Uni, nous aidons des groupes de femmes
défavorisées, souffrant de violence, sans formation.
C’est une entreprise sociale dans le cadre de laquelle
nous montons des projets.
Nous observons sur le terrain les informations qui
ont été partagées en matinée lors de ce séminaire.
Nous essayons de défendre l’égalité entre les femmes
et les hommes au Royaume Uni via, entre autres,
“United kingdom Maternity” ou “United Reform
Church”, un de nos partenaires, une église très
proactive qui a commencé à employer des femmes il
y a déjà cent ans.

Mme MC LINTOCK est également, depuis cinq ans,
secrétaire du comité central de l’égalité des chances à
Londres.
Nous nous sommes concentrés sur la race, l’âge le
handicap etc et j’ai essayé de faire de plus en plus
reconnaître le genre comme une discrimination.
J’essaie de faire en sorte que chacun soit reconnu en
tant que personne.

Nous voulons favoriser l’égalité des chances au
Royaume-Uni, entre autre au sein de notre église.
Celle-ci doit être ouverte. Actuellement nous avons
une série de femmes ministres du culte, mais parmi
ces femmes trop peu sont prêtes à assumer ce rôle
important. Nous essayons de nous battre avec l’Eglise
d’Angleterre pour qu’ils intègrent de plus en plus les
femmes comme ministres du culte.

Dans mon travail de procureur, j’ai souvent à faire à
la violence conjugale, et plusieurs affaires sont encore
gérées de façon assez “machiste”. Je suis confrontée à
un environnement très masculin.
Le parlement écossais s’est récemment interrogé sur
la représentation des femmes au parlement.
Il apparaît que depuis que les femmes se sont
intéressées au travail parlementaire, beaucoup de
domaines ont connu des améliorations (temps de
travail, meilleures politiques sociales, ...)
Une des choses sur lesquelles on travaille c’est
l’agenda social de l’Union Européenne, en particulier
l’égalité de traitement

Numéro spécial avec le soutien financier de la CE et de l’EZA Septembre 2010

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros