n°1 juillet 2005

Télévision et Démocratie

La 83ieme Semaine Sociale Wallonie-Bruxelles organisée à l’initiative du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) avait, cette année, pour thème “Télévision et Démocratie’’. L’objectif de ces 2 journées déroulées sous forme d’exposés suivis de débats était d’esquisser des réponses sur l’avenir d’une autre télévision possible, plus démocratique et citoyenne.

Vanessa FERNANDEZ

Le paysage audiovisuel en Communauté française : enjeux et analyse” J-J JESPERS
En comparant la télévision en Belgique flamande et francophone, le journaliste tente de décrire l’évolution de la télévision depuis les années 70’. Le paysage audiovisuel a connu le passage d’une télévision de " message de la connaissance au plus grand nombre " à une télévision " fusionnelle ". Il parle d’une Emocratie pour décrire les émissions télévisées actuelles où la dimension émotionnelle prime sur la mise en perspective des enjeux de société.

“La télé réalité : un nouveau paysage contagieux” F. ANTOINE
La télé réalité tient une place prépondérante dans toute la sphère audiovisuelle. La logique économique et une certaine idéologie néolibérale sous-tendent ce phénomène. La domination de la sphère privée entraîne une désaffection pour le champ collectif et l’expression publique.

L’info et la guerre (le cas irakien)” M. LITS
Depuis l’émergence d’un monde multipolaire en 1989 et la conséquente diversification des sources d’information, l’image tient une place plus importante que le récit. L’outil de diffusion télévisuelle est une télévision de fusion où l’on offre plus à voir qu’à comprendre.

“Télévisions locales et citoyenneté” J-F ISTASSE
La télévision locale est dotée d’un statut privé ; elle doit cependant accomplir des missions de service public. Lors des élections communales de 2006, elles seront les seules à couvrir toutes les communes. Elle devra relever le défi d’être un véritable service de démocratie et de citoyenneté.

“Comment traiter l’extrême droite dans les médias ?” V. de COOREBYTER
La culture médiatique actuelle est essentiellement axée sur l’émotionnel et non pas le rationnel. L’extrême droite joue aussi la carte de l’émotion. La responsabilité des médias est donc engagée par un système de valeurs implicite qui a une résonance directe avec la méthode et les valeurs de l’extrême droite.

“Médias et mondialisation, l’image de l’autre : cohabitation culturelle ou choc des cultures ?” M. DIANI, Sociologue de la Communication.
Dans notre monde multiculturel où s’opposent un monde réel et un monde virtuel que l’on ne maîtrise pas, il ne faut pas accorder trop d’importance à la culture. L’altérité doit être traitée de façon à ne pas provoquer de haine réactive en faisant l’éloge de l’indifférence.

“Que reste-il de l’Education permanente à la télévision ?” M. KATZ, Rédactrice en chef du Ligueur de la Ligue des familles
Il faut réinventer l’éducation permanente avec le contexte concurrentiel actuel en proposant une formation à l’éducation des médias pour les enseignants et pour les enfants.

“Médias et mouvement social” M. MOLITOR, Journaliste radio RTBF _ L’ uniformisation du traitement de l’information a pour corollaire une coupure entre le monde réel et le monde médiatique. Du côté des mouvements sociaux, il importe de démystifier les médias afin de s’approprier la thématique médiatique comme objet d’analyse et d’action.

Médias, citoyenneté et service public : quel enjeu politique ?” H. LEPAIGE, Journaliste.
La lutte pour une autre télévision est une question de politique globale. Pourtant la pratique télévisuelle engage très peu le collectif. L’enjeu fondamental réside dans le choix d’une télévision de l’offre où le public ne demande rien à priori, il réagit par rapport à l’offre proposée.

“Le MOC face à l’info : des questions d’actualité” F. MARTOU, Président du MOC
La perception générale du paysage médiatique s’exprime par un désenchantement du service public et des journalistes. Les politiques actuelles sont faibles car les hommes politiques ne veulent pas mettre en péril leur visibilité médiatique. Il faut que les journalistes s’institutionnalisent afin de défendre justement le droit à l’information. Enfin, au sein du service public, il serait opportun de créer un débat interne, pour définir des règles du jeu et présenter des instruments de régulation.

n°1 juillet 2005

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros