Numéro spécial avec le soutien financier de la CE et de l’EZA Septembre 2010

Table ronde

Européenne des Syndicats, et Mr Matthew HIGHAN, de Business Europe,
nous ont exposé le point de vue de leurs organisations respectives sur
l’égalité des chances ainsi que les activités qu’ils ont développé en commun.

organisation qui représente toutes les confédérations
nationales syndicales, elle a été fondée en 1973 et
compte 60millions de travailleurs représentés.
40% de ces membres sont des femmes, les syndicats
changent donc leur visage car il y a de plus en plus de
femmes qui garantissent la soutenabilité de notre
existence.

Il y a plus de femmes dans l’enseignement et les
soins, qui sont des secteurs plus féminins, mais on
constate aussi une évolution dans les secteurs plus
masculins.
Mme Sechi s’occupe des politiques liées au genre et à
l’égalité, elle nous a présenté ce qu’ils ont fait dans le
cadre du dialogue social européen.

Mr Highan s’occupe des questions d’égalité des
genres depuis un an et demi pour Business Europe, la
confédération du patronnat européen.
Il a été prévu de mettre en place un quatrième
programme de travail commun sur l’égalité entre les
femmes et les hommes, sur la répartition vie familiale
et professionnelle, et encore d’autres accords visant à
promouvoir une plus grande participation des
femmes sur le marché du travail.
Mais la grande priorité actuellement est donnée à la
crise, les accords sont signés en fonction de la
situation du marché, ils établissent des priorités et
décident ensuite des programmes sur base de ces
priorités.

Mme Sechi nous a expliqué qu’il est important pour
les deux confédérations présentes de montrer qu’il
existe un dialogue social bipartite. Ils décident
ensemble des priorités et discutent des politiques à
long terme. L’égalité des chances a été une de ces
priorités.
Une des négociations les plus récentes concernait le
congé parental, sujet qui fait discussion à l’Europe et
pour lequel ils ont établi des règles pour la première
fois. Ils ont analysé la situation en Europe et ont vu
que le congé parental pouvait être très utile pour
améliorer la situation privée et professionnelle des
travailleurs.
Nous pouvons observer une amélioration des accords
dans ces matières : augmentation de trois mois du
congé parental ; un des quatre mois n’est pas
transférable entre les partenaires (pour faire en sorte
que les hommes l’utilisent) ; référence spécifique
faite au revenu (parce que lorsque le congé est mal
payé les hommes, principalement, hésitent à le
prendre) ; ce congé peut être pris par tous les types de
travailleurs, quelque soit le type de contrat qu’ils
aient. Ce texte va bientôt entrer en vigueur en
Belgique.

Mr Highan nous a rapporté que le principal accord
fait ensemble portait sur l’égalité entre les hommes et
les femmes et a été approuvé en 2005, suivi d’un
rapport d’évaluation en 2009. Dans l’accord initial
une série de priorités étaient établies (rôles des
hommes et des femmes, promouvoir la participation
des femmes aux prises de décision, réduire l’écart
salarial entre les hommes et les femmes). Ils ont
demandé à leurs membres nationaux de soumettre
un rapport pour leur présenter toutes les initiatives
prises au niveau national, régional et local.
Beaucoup de références en sont sorties en ce qui
concerne l’échange de bonnes pratiques. Il y a toute
une série d’initiatives dans lesquelles les partenaires
sociaux sont impliqués.

Une des autres initiatives discutées au niveau
européen est l’égalité de traitement et la non
discrimination, et beaucoup d’actions sont mises en
place pour promouvoir la proportion des femmes
dans les postes clés de prise de décision.
La position de Business Europe sur ce point est assez
claire, surtout compte tenu des problèmes
démographiques futurs auxquels nous devrons farie
face. Business Europe estime qu’il faut tout faire pour
nous défaire des obstacles qui entravent encore
l’évolution des femmes sur le marché du travail et
qu’elles puissent en même temps fonder une famille.
Mais actuellement la législation européenne n’est pas
encore suffisante (le congé de maternité même tel
qu’il a été amélioré ne va pas suffire).
Ce que Mr Highan trouve par contre encourageant,
c’est que l’on voit que les sociétés sont de plus en plus
conscientes du fait qu’encourager les femmes à
accéder aux hauts niveaux de décision est un gain
économiquement parlant.

Mme Sechi nous a expliqué que la préoccupation
principale de la CES actuellement était l’emploi et la
manière dont la crise affecte l’Europe et le monde.
Ils essaient de défendre les travailleurs et de faire en
sorte que les femmes ne paient pas le prix de cette
crise. Un des effets de la crise pourrait être une
augmentation de la pauvreté, et on ne voit pas
l’Europe essayer de protéger plus particulièrement
les travailleurs affectés.
Les femmes souffrent plus dans certains pays que
dans d’autres de la situation désiquilibrée entre les
hommes et les femmes. Il est indispensable d’avoir
des normes sociales minimales partout en Europe
pour contribuer à une croissance durable.

Du point de vue des congés parentaux, la CES ne veut
pas que les femmes continuent à profiter du congé
sur des périodes trop longues (car c’est un obstacle
pour retourner sur le marché du travail), mais bien
qu’elles puissent être payés à 100% pendant leur
congé de maternité. Elle veut aussi un congé de
paternité en Europe. En Espagne et Slovénie, les
pères bénéficient de deux semaines payées à 100%.
Ce genre de choses peut être mis en place facilement
en Europe.

En ce qui concerne les défis pour l’avenir à long
terme, l’Europe discute d’une carte de route sur
l’égalité entre les hommes et les femmes, Mme Sechi
a estimé qu’il fallait en tout cas encore des
améliorations pour les contrats de travail et
particulièrement les contrats à temps partiel qui
reviennent souvent aux femmes.

Mr Highan a précisé que la Commission conduisait
une étude sur les congés parentaux et que l’on verrait
si et comment les partenaires sociaux seront invités à
participer au processus.

Numéro spécial avec le soutien financier de la CE et de l’EZA Septembre 2010

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros