n°1 juillet 2005

Gare au frigo !

Billet d’humeur

Zéphirin LAROUSCAILLE

Mais qu’est-ce qu’il a ? Qu’est-ce qu’il a donc notre Premier Ministre à s’acharner à tout rater depuis qu’il s’est succédé à lui-même après avoir gagné les élections en 2003 ? Avec un aplomb inimitable il commence par proclamer la création de 200.000 emplois. Soyons conciliants et reconnaissons que nous ne sommes pas encore en fin de législature qui théoriquement ne devrait survenir qu’en 2007. Mais à la mitemps de ce deuxième parcours, notre Premier doit s’abstenir de faire le bilan des créations d’emplois pour éviter d’être ridicule.

Alors, lumineuse trouvaille. Pour que la Belgique soit fière de lui, notre Premier offre à l’Europe le sacrifice de sa personne en collectant auprès de ses collègues des autres pays leur appui à sa candidature à la Présidence de la Commission européenne. Et patatras c’est le Portugais Barroso qui est choisi. Mais comme la Belgique doit être dignement représentée au sein de la Commission européenne, notre superstar de Jodoigne, dit Groslouis, se sacrifiera, lui, sur l’autel de la patrie et notre Premier doit recruter un nouveau Chef de notre diplomatie. Comme Karl de Gucht était un encombrant président de son parti, il en fait donc un Ministre des Affaires étrangères, question de l’envoyer exercer ses talents ailleurs. Grâce à cette subtile manoeuvre, notre vocabulaire politique belge s’enrichira d’une nouvelle notion en stratégie diplomatique : la “deguchterie”. Il s’agit de bousculer les prudences feutrées des chancelleries et d’y substituer des déclarations “gaffomaniaques” publiques. Ce sont d’abord les ministres congolais qui se voient remonter les bretelles et notre Premier doit, toutes affaires cessantes, s’excuser auprès du Président Kabila qui menaçait - ou faisait semblant - de vouloir bouder. Et notre Karl le Téméraire remet le couvert et cette fois, c’est le Premier Hollandais qui est traité de “Harry Potter”- ce qui n’était ni bien original ni bien méchant - mais aussi de “bourgeois coincé” , ce qui n’était pas du tout gentil pour le Premier Ministre d’un pays qui se croit à la pointe de la tolérance. Et rebelote notre Verhofstadt doit à nouveau s’excuser. Que fera notre Premier Ministre à la prochaine deguchterie de Karl le Téméraire ? Et s’il lui venait l’irrépressible besoin de décrire Tony Blair comme l’avare fossoyeur de l’Europe ? Ou Bush comme grand missionnaire pétrolier ?

Et puis ce furent des dossiers dont les titres en grosses majuscules avaient au premier abord un petit air aussi innocent qu’un morceau de plaque d’auto. Vous vous souvenez ? D.H.L. Rien à voir avec la Dernière Heure de qui que ce soit. C’est une puissante firme allemande de transport de fret aérien dont les avions font beaucoup de bruit mais qui donne du travail à beaucoup de monde. Après moult conciliabules stériles, notre Premier Ministre refile le dossier aux gouvernements flamands et bruxellois qui le remballent bien sûr à l’expéditeur. D.H.L. s’établira donc ailleurs.

B.H.V. cesse par miracle d’être classé urgent et est enfoui au frigo communautaire jusqu’en 2007. Génial : Guy Verhofstadt sauve ainsi sa coalition et son poste. Entre-temps, en son frigo, B.H.V. aura le temps de muter en Vilaine Histoire à la Belge.

Il y a encore cette fichue affaire des avions qui volent autour et au-dessus de Bruxelles en faisant un gros vacarme. Le Ministère des Transports est devenu à hauts risques. Ni la vaillante Isabelle Durant ni le “wonderboy” Bert Anciaux n’ont pu dégager les voies pacificatrices. Apparemment, Renaat Landuyt non plus. Les arrêtés se succèdent et le Conseil d’Etat casse et recasse les compromis ministériels. Quand le Premier Ministre réussira-t-il une nécessaire conciliation ? Pour les avions, il n’y a pas de frigo disponible.

n°1 juillet 2005

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros