N° 20 Avril 2011

Edito

Quel avenir pour le cdH ?

par Pascal Henry, Président du comité de rédaction

En ce mois de mai, le cdH nous invite à des débats organisés autour du thème « Comment sortir la Belgique de la crise ? ». Initiative louable, d’autant plus qu’on voit mal quelles sont les solutions possibles.
Pas sûr cependant que ces réunions mobilisent les foules, si ce n’est les militants les plus convaincus, et pas sûr non plus qu’on trace, dans des cénacles « entre soi », de nouvelles perspectives pour sortir la Belgique de la crise.
Moi, j’ai une autre question qui me taraude. Non pas que je sois moins préoccupé par le sort de la Belgique.
Cette autre question, qui me préoccupe, et dont je voudrais bien débattre, c’est « Comment sortir le cdH de la crise ? »

Soyons honnête : dans un premier temps, Joëlle MILQUET a réussi la transformation du PSC en cdH.
Elle a engrangé un succès électoral en 2004 Elle a permis l’entrée du cdH dans les coalitions régionales, communautaire et fédérale. Surtout elle a rajeuni le parti et cet acquis n’est pas mince.
Mais depuis, le succès s’est mué en tassements, en reculs, en pertes électorales (surtout dans les provinces du Hainaut, de Liège et du Brabant wallon). Les derniers sondages sont inquiétants quant à la survie même du parti.

Pour remonter la pente, il ne suffira pas d’un homme providentiel, même s’il s’appelle Benoît Lutgen. Il faut réorganiser en profondeur.
Cette réorganisation doit s’appuyer sur quatre priorités stratégiques et méthodologiques.


1° Un vrai débat ouvert sur l’avenir du cdH

Trop longtemps la parole a été confisquée. Les « Forum-visites des parcs d’attraction » sont des ouvertures intéressantes, mais ils ne peuvent pas se substituer aux assemblées délibérantes. Il revient aux militants du cdH de se réapproprier les débats et d’oser l’autocritique.
Le respect des statuts par toutes les instances du parti serait également un gage de démocratie interne.

2° Reconstruire un projet politique

Le message, la stratégie et surtout le « core business » du cdH se sont dilués dans des programmes « Catalogue 3 Suisses » !
Quelles sont les priorités politiques du cdH, ses fondamentaux ?
Ciblons les empreintes qui permettent de l’identifier dans le paysage politique, et de le démarquer des autres formations francophones.


3° Rétablir des liens avec les acteurs socio-économiques

Le cdH serait bien inspiré de retisser des liens permanents avec les organisations, en particulier avec le monde associatif.
Il ne s’agit pas de tenter de recréer un lien de dépendance vis-à-vis du parti, ni d’ériger le cdH en relais privilégié de l’un ou l’autre lobby.
L’effritement (asymétrique nous rappellerait Etienne Michel) de la pilarisation n’empêche pas d’organiser des relations systématiques avec un certain nombre d’acteurs sociaux et économiques, dans un esprit d’ouverture.
Il est capital de se (re)parler, et d’échanger sur les sujets politiques dans un dialogue où chacun respecte la place de l’autre.


4° Ancrer l’organisation du parti dans les communes

Une des forces du PSC était l’ancrage local. Le cdH peut relancer une dynamique qui s’appuie sur les mandataires communaux, et favoriser les synergies pour soutenir et amplifier leurs actions.
Ce rôle de catalyseur, de laboratoire d’idées, nécessite un réinvestissement massif des instances du parti sur le terrain communal. C’est une clé du succès pour les prochaines élections communales.

L’avenir du cdH ne dépend pas d’une seule personne. Il dépend d’un vrai changement de cap, soutenu par les instances et les militants du parti.

N° 20 Avril 2011

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros