n°7 mars 2007

Edito

2007 : l’heure des choix !

Denis GRIMBERGHS, Président de la DCWB

Le printemps 2007 sera un rendez-vous électoral important pour le pays, pour le cdH et pour permettre aux citoyens de faire un choix politique clair pour le prochain gouvernement fédéral. Cette campagne a longtemps été présentée comme l’ultime étape de conciliation pour éviter le divorce belge. Cela fait tant d’années que l’on joue à se faire peur, or il n’est pas certain que la question de l’évolution de la Belgique fédérale doive justifier, à elle seule, les choix des électeurs. Il y a d’autres urgences !

Les citoyens ont besoin que les leaders politiques francophones assument et proposent des offres politiques spécifiques. Dans cette optique, après le gouvernement Arc-en-Ciel, la « Violette » ne facilite pas la clarification des enjeux. Si une comparaison avec la politique française nous est permise, avec ce type de majorité nous sommes en permanence dans la cohabitation, au sein de laquelle le charme de l’addition des contraires permet à chacun des protagonistes de critiquer son partenaire sans frais. Il semblerait même que la critique soit une forme de renforcement mutuel de chacune des composantes de ce type d’attelage.

2007 pourrait donc sceller la fin de ce régime de cohabitation à la belge. Mais encore faut-il que les électeurs puissent manifester leurs choix sur des enjeux clairs. Il en va de la confiance en nos institutions démocratiques. Le cdH a confirmé son ancrage local lors des dernières communales, mais se trouve face à un nouveau défi : celui de déterminer sur la scène politique fédérale la déclinaison de son programme. Ne sous-estimons pas l’exercice, puisqu’il faut simultanément faire valoir le droit d’inventaire auquel peut prétendre un parti écarté du pouvoir pendant 8 années et indiquer en regard de cela les propositions qui sont les siennes. Sur la question du droit d’asile, l’exemple est parlant. Régulièrement et de manière courageuse, le cdH a critiqué la mauvaise gestion de la politique d’asile et d’immigration du gouvernement Verhofstadt. En particulier, le cdH met en avant sa proposition d’inscrire dans une loi des critères permanents et objectifs pour assurer la régularisation des sans-papiers présents sur le territoire depuis de nombreuses années ; à commencer par ceux qui sont victimes de la lenteur des procédures lors d’une demande pour bénéficier du statut de réfugié politique. Reste à savoir si le cdH fera de cette position, une des propositions qu’il imposera dans le débat politique et au moment d’une négociation pour sa participation au prochain gouvernement fédéral.

Un autre exemple concerne le domaine de la santé. Certes, le bilan de l’actuel gouvernement sur ce point n’est peut-être pas celui qui est le plus critiquable. Mais il n’empêche que c’est au moment de la formation du prochain gouvernement que nous devrons répondre de façon précise au maintien de la norme de croissance des dépenses en soins de santé (4,5%), et à la limitation du champ des assurances privées notamment en refusant toute remise en cause des services offerts par les mutualités dans la défense des intérêts des patients.

En matière d’emploi, aussi, nous souhaitons que le cdH se positionne avec clarté quant aux questions qu’il compte mettre à l’agenda politique, et notamment sur d’aide aux demandeurs d’emplois pour optimiser leurs chances d’accès au marché du travail. C’est d’ailleurs sur ce thème que Benoît Drèze expose, dans les pages qui suivent, sa proposition pour encourager les demandeurs d’emploi à accepter un nouvel emploi avec la garantie de bénéficier d’une augmentation substantielle de revenu par rapport à leur « statut » de chômeur.

n°7 mars 2007

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros